Gore, attachant et drôle

David Goudreault

La bête à sa mère

Sommes-nous tous des monstres ? Je me suis posée la question, tant je me suis attachée à votre personnage et, fait rarissime, tant j’ai ri.

J’ai aimé votre récit décalé et plein d’imagination et votre second degré plein d’humour. Vous avez une écriture poétique et cinglante à la fois.

Peut-être un peu long sur la distance mais j’ai savouré cette lecture jusqu’au bout.

 

 David Goudreault, auteur québécois, invité du Festival America, pour« La Bête à sa mère » aux Éditions Philippe Rey et pour « La Bête: l’intégral », publié aux Éditions Stanké : Ma mère se suicidait souvent. Ainsi commence la confession d’un jeune adulte, qui ne se remet pas de la séparation d’avec sa mère, survenue en bas âge. Ses propos vibrent d’une rage contre ceux qui la lui ont arrachée. Sa mère devient sa véritable obsession, il pense l’avoir localisée à Sherbrooke. Mais saura-t-il se faire accepter par celle qu’il a tant idéalisée ? D’où vient que le récit de cet homme manipulateur, sans pitié, accro aux jeux et à la pornographie, touche profondément le lecteur ? David Goudreault, grâce à son écriture inventive et colorée d’un humour mordant, sait partager l’empathie poétique qu’il a pour son protagoniste. On s’émeut des observations et pensées bancales du marginal, on rit de ses références littéraires approximatives lorsqu’il cite à tour de bras Platon, Shakespeare ou Coluche… Ce magnifique premier roman révèle un monde dur, qui abandonne à lui-même un jeune homme avec lequel il n’a jamais su communiquer. Un anti-héros dont la bruyante solitude nous bouleverse.eut-être un peu long sur la distance mais j’ai savouré cette lecture jusqu’au bout.

 

 

https://www.franceinter.fr/emissions/la-librairie-francophone/la-librairie-francophone-22-septembre-2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *